La Fée de la Forêt Oubliée

13.00 

Au cœur de la Forêt Oubliée, les fées et les farfadets sont d’éternels ennemis.
Iria aime voler et chanter, jusqu’au jour où une terrible tragédie se produit. Et si elle devait vivre sur le sol, au pays des farfadets ?

thème : amitié, bienveillance, courage, différence

Catégories : ,

Informations complémentaires

Texte

Lenia Major

Illustrations

Maïté Schmitt

Nombre de pages

94

Format du livre

148cm x 190cm

Autres caractéristiques

Utilisation de la police d’écriture Opendys permettant une lecture facilité pour tous les enfants.
Illustrations en couleur pour donner vie à l\'aventure.

ISBN

9782490592067

Avis

  1. MageEditionsAdminSite

    Nous avons le plaisir de vous partager la chronique écrite sur le blog : le petit monde du livre jeunesse !
    http://lepetitmondedulivrejeunesse.over-blog.fr/2019/06/roman-fees-et-farfadets.html

    Bonsoir à tous et à toutes,
    J’espère que vous allez bien.
    Aujourd’hui, encore un roman pour notre petite sélection des vacances. Cette fois, il s’adresse aux lecteurs de 8-10 ans, et nous fait entrer dans l’univers des fées… mais en fait surtout des farfadets ! Sans plus vous faire attendre ce livre c’est : La Fée de La Forêt Oubliée.
    L’histoire selon l’éditeur : Au cœur de la Forêt Oubliée, les fées et les farfadets sont d’éternels ennemis. Iria aime voler et chanter, jusqu’au jour où une terrible tragédie se produit. Et si elle devait vivre sur le sol, au pays des farfadets ?
    Nous suivons donc le personnage d’Iria, qui est une fée. Et l’une des activités favorites des fées, c’est de se moquer des farfadets et, il faut le dire, leur pourrir un peu la vie dès qu’elles en ont l’occasion. Seulement voilà, un jour Iria ne peut plus voler, et par un concours de circonstances, se retrouve au sol comme les farfadets qu’elle exècre. Une situation difficile à accepter pour Iria… mais… et si finalement elle apprenait à les apprécier, voir à les aimer ces farfadets ?
    J’ai beaucoup apprécié cette histoire écrite par Lenia Major. Déjà, parce que la morale est claire et mise en scène d’une façon intéressante. On a beau lire un roman, on a un peu l’impression d’une fin de contes, avec des valeurs importantes mises en avant telles que la bienveillance, l’amitié, la différence, etc. Il n’est jamais inutile de faire un petit rappel.
    Ensuite, parce qu’Iria est un personnage principal attachant, qui apprend de ses erreurs pour s’améliorer. Elle est combative et est loin d’être bête. Elle se retrouve dans une situation que d’autres peuvent connaître : elle est entourée de gens qui ne l’apprécient pas, et va devoir petit à petit se faire sa place et se faire accepter. Pas facile, surtout vu ses antécédents de fées… Je pense que certains enfants s’identifieront peut être assez bien à ce personnage, car parfois à l’école, pas simple de se faire de nouveaux copains !
    Les farfadets sont eux aussi touchants. En fait, les personnages que l’on pense apprécier au début, ne seront pas forcément ceux que l’on apprécie à la fin. Ce livre fait un peu une déconstruction du mythe de la gentille fée parfaite. Cela devrait plaire à certains !
    Le texte est bien adapté aux jeunes lecteurs. Le vocabulaire n’est pas trop compliqué, c’est écrit grand, les lignes sont bien espacées, et surtout le texte et l’illustration sont séparés afin de faciliter le déchiffrage. Les enfants se concentrent sur le texte avant de regarder la page d’illustration (ou bien ils font l’inverse s’ils sont impatients).
    Car oui, le livre comprend aussi des illustrations qui permettront aux lecteurs de mieux imaginer les personnages décrits, ou de mieux comprendre certaines scènes. Elles ont été réalisées par Maïté Schmitt et sont vraiment jolies. Les couleurs sont douces et correspondent bien aux différents univers des personnages. Elles accompagnent bien l’histoire et participent vraiment à la compréhension pour les plus jeunes lecteurs.
    Voici donc un court roman de 94 pages bien adapté aux 8-10 ans. Pour les amateurs de fantastique/fantasy, ou pour une introduction tout en douceur à ce type de récits. Comme je le disais plus haut, ce livre déconstruit un peu le mythe de la fée, donc pour cette raison je pense que l’histoire peut plaire autant aux filles qu’aux garçons. Aux enfants de voir s’ils s’identifient plus à Iria ou à Bolet le farfadet par exemple.
    Un chouette roman qu’il ne faut pas hésiter à mettre entre les mains des jeunes lecteurs que vous connaissez !

    Alors, bonne lecture à tous et à toutes !

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code